Travail psycho-corporel

Jeu de lumière en forêt au Bhoutan
Lumière de vie

 

Travail psycho-corporel

 

Des situations amènent à vivre une surcharge d’intensité, d’émotion, de stress. Ce que l’on peut appeler l’incroyable, l’impensable. Le mécanisme de protection psychique est de couper la conscience de l’impact intérieur (de l’impact traumatique qui résulte de la brutalité du choc ou de la répétition de la situation). Pour cela, des contractions corporelles s’installent ; pour retenir des pleurs, des cris, par exemple, il s’installe des contractures corporelles. Contractures et refoulement sont liés.

Vient un temps de conscience de « quelque chose » à libérer, à ouvrir en soi : l’envie, le besoin, la nécessité de se poser, de poser ce qui est lourd en soi. Alors, il s’agit de se faire confiance et de laisser « sortir » de soi ce qui est là, prêt à s’exprimer. Laisser faire les libres associations : elles sont verbales mais aussi corporelles, énergétiques, émotionnelles. Si cet aspect du travail intérieur est utile, il s’agit juste de permettre au corps de libérer, de décharger ces mémoires contenues dans l’infra-verbal. Et pour faire en sorte que ce soit élaborant, il s’agit de relier ce travail à la parole.

 

Thérapie analyse                                    Analyse verbalisation

Le travail des rêves                               Explorer l’arbre généalogique

Analyse junguienne